Masque Dim : suite…

Le SNUDI FO avait saisi les autorités, le préfet décide de ne plus les utiliser !

prefet20201015-WA0002

Depuis quelques heures, la presse rend compte de la potentielle dangerosité des masques DIM fournis par le Ministère de l’Education Nationale à l’ensemble de ses personnels. Ils sont traités à la zéolite de cuivre et d’argent substances considérées comme toxique pour la santé humaine et l’environnement.

Le Ministre Blanquer a été interpelé sur le sujet, sans y répondre, par une députée à l’assemblée nationale.

Concernant le traitement des masques, dès ce 25 septembre, la FNEC FP-FO alertait le Ministre sur le traitement à la zéolite d’argent et de cuivre et exigeait des informations concernant la toxicité de ces masques car la zéolite d’argent et de cuivre ne sont pas approuvés en tant que substance active existante destinée à être utilisée dans les produits biocides des types de produits 2 et 7 (décision de l’Union Européenne en date du 27/11/2019).

Ce type de produit est celui des désinfectants et produits algicides non destinés à l’application directe sur des êtres humains ou des animaux, utilisés pour être incorporés dans les textiles, les tissus, les masques, les peintures et d’autres articles ou matériaux, afin de produire des articles traités possédant des propriétés désinfectantes

Les représentants du Ministre lors de ce CHSCT M du 25 septembre ont affirmé que ces masques étaient aussi protecteurs que les masques chirurgicaux.

La FNEC FP-FO demande donc que ces masques soient immédiatement retirés.

A l’heure où, les personnels voient chaque jour un peu plus leurs libertés individuelles et collectives être remises en cause, à l’heure où de nouvelles restrictions sont annoncées, laFNEC FP-FO continue d’exiger la levée du protocole sanitaire qui introduit des règles dérogatoires à la règlementation du travail et elle réaffirme que ces dispositifs ne sauraient être considérés comme des Equipements de Protection Individuelle.

Le SnudiFO Savoie s’adresse ce jour au DASEN avec copie au secrétaire du CHSCT de la Savoie :

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, 

Sous l’égide et l’en tête du Préfet de Région Rhône Alpes, un courrier en date du 14 octobre vient d’être adressé aux agents de l’administration (voir courrier en pièce jointe) pour leur demander de ne plus utiliser les masques DIM distribués par l’État. 

Par ailleurs, comme le confirme ce courrier, les médias, mais également l’Union Européenne, ont publié les informations suivantes :

Pour rappel : 

la Décision d’exécution (Union Européenne) n° 2019/1973 du 27/11/19 n’approuvait pas la zéolite d’argent et de cuivre en tant que substance active destinée à être incorporée dans les textiles, les tissus, les masques, les peintures et d’autres articles ou matériaux, afin de produire des articles traités possédant des propriétés désinfectantes.

Dans l’article paru sur le site Web « Reporterre », on peut lire : « Le risque de porter ces masques n’est pas inexistant, explique à Reporterre Astrid Avellan, chercheur spécialiste en nanotechnologies à The University de Aveiro, au Portugal. Les ions argents sont en général plus toxiques que les équivalents nanoparticules d’argent métallique. Par ailleurs, on a ici un haut niveau d’exposition, très “intime” avec une durée de contact et d’inhalation longue (8 heures quotidiennes) et chronique (quasi tous les jours de la semaine). »

le journal “L’Obs” rapporte le 14 octobre : « Dans le même sens, une étude menée par l’Université de Rouen indique que « l’argent ionique est, selon certains auteurs, excrété dans les urines en deux à cinq jours, alors que d’autres chercheurs montrent une bio-accumulation de granules métalliques dans différents organes : le foie, les reins, l’intestin, les glandes surrénales et, dans de rares cas, la moelle épinière »

 l’Agence européenne des produits chimiques qui décrit la zéolithe d’argent comme « très toxique pour les organismes aquatiques » et entraînant « des effets néfastes à long terme susceptibles de nuire à la fertilité ».

Aussi, ayant, ici, un motif raisonnable de penser que la santé, la sécurité et la vie des enseignants est potentiellement menacée, le SNUDI FO fait appelle à votre autorité pour qu’en votre qualité d’Inspecteur d’Académie, au vu de ce courrier, vous preniez vous aussi toutes les dispositions que celui-ci implique et donniez vous aussi, des consignes similaires à celle dispensées ici et qu’en conséquence, d’autres masques soient fournis aux enseignants. 

Si aucune réponse n’était apportée, nous vous rappelons que nos collègues pourraient alors être amenés à exercer leur droit de retrait. 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur Académique, l’expression de notre considération.